PPS The writah

PPS The writah

Rappeur & Graffiti artiste

RUFISQUE, Sénégal

Son parcours

Ses centres d'intérêt

la Peinture & le Football

Sa présentation

BIOGRAPHIE DE P.P.S

Parler de PPS, c’est parler de vers et de rimes car une longue histoire lie ce garçon aux lettres. Petit garçon nous dirons, car ce fils d’ouvrier s’était déjà dés le bas âge construit un monde fait de poèmes, de chansons et de dessins.

Paul Pissety Sagna est né à Dangou, un quartier populaire de la ville de Rufisque. Issue d’une famille modeste, il se démarqua très tôt des autres par sa sensibilité et son amour pour l’art mais aussi pour sa personne très svelte et coquin. Brillant en classe à l’école primaire de son quartier, il se faisait encore plus remarqué pendant les récréations où il aimait s’amuser à faire des rimes ou à imiter des rappeurs comme Deug E tee ou Mc Solaar devant une assistance composée de ses camarades. Ses premiers pas dans ce qui est communément appelé le Hip Hop eurent lieu pendant l’été de l’an 1993, fort de ses dix ans, il s’était rendu chez son oncle à la Sicap baobab, un quartier de Dakar ou il passait habituellement ses vacances. Avec l’influence d’un Hip Hop grandissant au Sénégal, il décida de former un groupe de rap avec cinq de ses amis ( Souhel , Amadou , Stéphane , J-louis et Jacques ) et se font appeler les « Crazy Boyz » . Ils firent une chanson nommée « Goné bou tuuti boul joy » (petit enfant ne pleure pas) avec l’aide d’un certain Philipe Monteiro, de nos jours devenu l’un des plus grands chanteurs de Cabo love au Sénégal et eurent l’occasion d’être invité à l’émission radio « FM samedi relax » avec Mickael Soumah (qui était la meilleur émission hip hop à l’époque). Mais la fin des vacances sonna comme la dislocation du groupe car rattrapé par la dure réalité de la rentrée des classes.

Loin de se décourager, PPS décida de continuer à faire du rap à son retour à Rufisque mais il se trouve confronté au refus de ses parents de voir leur fils s’adonner à une musique qui était considérée comme une affaire de banditisme. Il continua à l’insu de son entourage à écrire ses textes et mis l’accent sur un apprentissage à l’art et surtout aux Graffiti.

C’est en 1998, en adolescent révolté, qu’il décida de former un autre groupe : BATEEN (Black African Teenagers) avec son cousin, Jules. Mais cette fois ci, le style était hardcore avec des textes engagés et un flow dure.

En 2000, il fit la connaissance de Kangbou et Ive et ils décidèrent de former le groupe ME-SAGE-HE (Mouvement d’Eléments Sensés Amener sa Génération à l’Eveil par le Hip hop). Le groupe s’imposa rapidement comme une valeur sure du hip hop à Rufisque et permit à PPS the Writah de reprendre une autre dimension.

Après l’obtention de son Bac, c’est à l’université Cheikh Anta Diop, en Faculté des Lettres qu’il acquiert une grande expérience du hip hop en côtoyant des rappeurs de divers horizons. Il y appris à affuter ses rimes et à donner du sens à ses textes et la ferme conviction qu’il avait son mot à dire.

Devenu le porte drapeau du Graffiti à Rufisque (avec son collectif SCRIB) et désormais rappeur solo, il se démarque déjà par sa voix, son écriture, et sa manière de placer ses vers, le tout accompagné de beaucoup de technique sur la musique. Il incarne la renaissance du hip hop dans sa ville avec un rap conscient et très vivant comme nous l’indique son concept « GUIMI GUINDI » (rester éveillé et conscientiser).

En militant du hip hop et en parlementaire du bas peuple, il rap pour représenter et nourrir la conviction de devenir l’un des leaders du hip hop au Sénégal et en Afrique dans un futur très proche.

Son activité sur Viadeo

Ses derniers contacts
Ludovic Lemaire
  • TROISIEME FACE PRODUCTIONS - Producteur associé - Responsable Post-Production
EVA Cissé
  • Juriste à la recherche d'un poste,militante droits de l'enfant et de la femme,
Sab-zero Under-kamouf

Ceux qui ont consulté ce profil ont aussi vu :